4 raisons d’appliquer la méthode Design Thinking

Retour d'expérience

Voilà un terme que vous devez souvent entendre ces derniers temps… Est-ce une mode ? Une lubie marketing des producteurs de post-it ? Est-ce applicable à mes projets ? Découvrez ci-dessous comment cette méthode de travail éprouvée peut booster vos projets.

1° Pour gagner du temps…

« Le temps c’est de l’argent », comme dit le proverbe. Utilisez cette précieuse ressource à bon escient est un enjeu de taille pour les entreprises. Le monde évolue plus vite que jamais, et de nouvelles problématiques apparaissent régulièrement.  Les méthodes de travail traditionnelles ne parviennent pas toujours à suivre la cadence et à résoudre des problématiques complexes pour atteindre les objectifs fixés. C’est là que le Design Thinking entre en jeu ! Avec ses outils et sa méthode de travail il permet de résoudre efficacement des problématiques complexes en un laps temps record… Mais comment ?

Via des sprints itératifs

Le processus Design Thinking est composé de 5 étapes :

  • Empathie,
  • Définition du besoin,
  • Idéation,
  • Prototypage.

À chaque étape on effectue des “sprints” itératifs : on se concentre sur une question donnée sur une période qui peut durer quelques heures comme une semaine. Si l’issue du sprint est positive, l’équipe passe à la suite. Dans le cas inverse, elle le recommence différemment ou revient à l’étape précédente. Ainsi si un problème ou un blocage se présente en cours de route, il est identifié pour être ensuite analysé et éventuellement résolu dans la foulée. Cela évite qu’on ne l’identifie seulement à la fin du projet, et évite parfois à l’équipe de devoir tout reprendre à zéro, économisant de nombreuses heures de travail.

En plaçant l’humain au cœur de son fonctionnement ! 

Se mettre à la place de l’utilisateur final pour comprendre ses besoins est la clé de la réussite de vos projets. Faites des économies de temps, remplacer vos longues réunions généralement peu productives par des ateliers en petits groupes ! En créant une dynamique de groupe vous gagnerez en efficacité en favorisant au passage la communication entre les différentes personnes impliquées dans le projet. Vous bénéficierez ainsi d’une vision globale bien plus exacte.

Grâce au prototypage

La phase de prototypage permet de rapidement de donner vie à des idées brutes, et d’apprendre encore plus des utilisateurs grâce à leurs retours. On économise ainsi beaucoup de temps et d’argent en évitant de modéliser directement la solution dans sa forme finale. En produisant des prototypes de degrés de fidélités divers en peu de temps vous pourrez déterminer immédiatement la pertinence d’une idée : feedback des utilisateurs, confrontation avec l’environnement réel… Le gain de temps est une métrique intéressante à suivre afin de mesurer le ROI du Design Thinking, alors n’hésitez pas à comparer l’avant / après pour votre entreprise si vous souhaitez obtenir des éléments d’évaluation.

2° Pour capter les besoins de vos utilisateurs

Si les projets échouent, c’est souvent faute d’objectifs précis. Mais pour les définir clairement encore faut-il connaitre les utilisateurs finaux qui bénéficieront de votre solution. Une équipe de construction par exemple, éprouvera des difficultés à construire une maison si elle n’a pas les plans exacts de cette dernière. De son côté, un chef de projet aura des difficultés à mener son équipe s’il n’a pas un cahier des charges clair ! En Design Thinking, l’ensemble de la démarche s’axe autour des utilisateurs finaux : quels sont leurs besoins ? Comment pensent-ils ? Dans quel environnement évoluent-ils et comment peuvent-ils influer sur la marche à suivre ? Quel aspect ou fonctionnalité rendrait désirable la solution à leurs yeux ?

Ces questions constituent la base du vôtre processus Design Thinking. Au-delà de sa rapidité d’exécution, le Design Thinking permet de se focaliser sur l’objectif final : satisfaire l’utilisateur. À chaque étape du processus, les utilisateurs finaux sont donc sollicités pour donner leur avis sur l’avancement du projet. L’équipe de production reste ainsi en phase avec la commande initiale, garantissant ainsi la satisfaction des utilisateurs une fois la solution disponible.

3° Pour transformer les erreurs en opportunités

Considérée comme une faiblesse et une perte de temps, elle est donc vue comme un aspect négatif. En Design Thinking, c’est différent. L’erreur fait partie intégrante du processus, et dévient même une alliée.

Le fait de se tromper lors d’une des phases du processus permet d’invalider immédiatement une hypothèse. En réalisant immédiatement votre erreur vous économiser un temps précieux.  Vous n’avez pas besoin de tout recommencer depuis le début, vous repartez seulement de l’étape ou du “sprint” précédent. Vous testez ainsi rapidement de nombreuses possibilités, vous pouvez vous tromper sans perdre trop de temps ou d’argent. L’erreur devient une opportunité pour votre équipe de s’améliorer. Ainsi, l’équipe projet va pouvoir prendre plus risques et se montrer plus innovante !

4° Pour encourager l’esprit d’équipe et la bonne humeur

Entamer un nouveau projet peut-être stressant, et le stress a tendance à être contagieux. S’il n’est pas mauvais par nature, limiter son influence est indispensable pour ne pas ruiner la productivité (et la créativité !) d’une équipe. Changez d’état d’esprit grâce au Design Thinking ! Cette méthode peut aider vos collaborateurs à reprendre confiance en eux : travail en binôme ou trinôme, décloisonnement des services pour une collaboration plus simple… Les possibilités sont nombreuses. S’ils se sentent intégrés à un projet concret utile à l’entreprise, si leur travail fait sens, ils seront motivés par leurs missions !

Modifier les outils de travail en optant pour plus de rendus visuel et de prototypage peut aussi renforcer la cohésion entre les différentes personnes d’un service. Si vos collaborateurs sont épanouis, ils seront plus performants. Le bien-être au travail est un facteur-clé du succès des entreprises aujourd’hui, et le Design Thinking peut permettre de le développer ! Le bien être est un autre bon KPI à analyser si vous souhaitez évaluer le ROI du Design Thinking : discutez avec vos équipes et vous devriez observer des changements (positifs) !

Testez par vous-même !

Vous avez besoin de voir la solution de vos yeux ? Inscrivez-vous dès aujourd’hui à notre prochaine session de formation Design Thinking organisées par notre partenaire Klap ! Klap accompagne les entreprises dans la résolution de leurs problématiques grâce à des ateliers de co-création et de formation aux nouvelles méthodologies de travail.

Le Pont Learning